Le gouvernement provincial sengage à investir dans un nouveau service de traversier

first_imgLe gouvernement provincial s’engage à investir dans un nouveau service de traversier dans la région de Yarmouth, et établira les partenariats nécessaires pour cette initiative qui revitalisera l’économie du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse et attirera davantage de visiteurs des États-Unis dans la province. Le premier ministre Darrell Dexter a accepté, aujourd’hui 7 septembre, le rapport déposé par le comité d’experts nommé en avril. Le rapport présente les conditions selon lesquelles un service de traversier fructueux et rentable pourrait fonctionner entre le Maine et Yarmouth. « J’ai toujours dit que le gouvernement provincial appuierait un service de traversier autonome qui peut être fructueux et rentable, a dit le premier ministre Dexter. Nous savons maintenant que ce service peut exister avec le modèle de gestion approprié et les partenaires appropriés. » Le rapport illustre le déclin du service de traversier précédent en raison de la baisse du nombre d’utilisateurs et de l’augmentation des coûts du carburant. En 2009, les Néo-Écossais couvraient les pertes financières du service de traversier, qui s’élevaient à près de 7 millions de dollars par année. Toutefois, le rapport indique qu’un service de traversier fructueux et rentable est possible avec un exploitant qui dispose d’une stratégie de marketing très élaborée, qui peut miser sur une expérience touristique très forte dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse et qui peut offrir une expérience de qualité supérieure aux passagers. Selon les conditions présentées dans le rapport, le gouvernement provincial est prêt à investir 21 millions de dollars sur une période de sept ans pour un nouveau service de traversier à Yarmouth. Au cours des prochaines semaines, le gouvernement provincial publiera un appel de déclarations d’intérêt pour trouver des exploitants potentiels de service de traversier du secteur privé, et il entamera les discussions avec le gouvernement fédéral, les dirigeants d’entreprises et municipaux du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse et les intervenants du Maine. « Le gouvernement provincial ne peut pas agir seul cette fois, a dit le premier ministre Dexter. Pour assurer le succès du nouveau traversier de Yarmouth, le gouvernement fédéral et les gouvernements municipaux devront se joindre à nous, et les entreprises et les résidents du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse devront offrir leur appui. » « La Nouvelle-Écosse dispose maintenant d’un plan pour l’établissement d’un service de traversier fructueux, rentable et stable qui peut attirer 130 000 personnes par année dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. Il faut maintenant prendre la vision présentée dans ce rapport et la réaliser. » Le rapport du comité d’experts estime que les coûts de démarrage se chiffrent à environ 5 millions de dollars pour la recherche de base, la publicité et l’acquisition et le financement des navires, et qu’environ 21 millions de dollars seront nécessaires pour couvrir les pertes d’exploitation des premières années. Une étude effectuée par le gouvernement fédéral indique qu’il faudra également 21 millions de dollars pour réparer et remettre à niveau les installations du terminal de Yarmouth, qui appartiennent au gouvernement fédéral. Avec ces investissements, le rapport suggère que le nouveau service de traversier entre Yarmouth et le Maine puisse atteindre le seuil de rentabilité vers la septième année et réaliser des profits modestes après cette période. Le rapport intégral du comité d’experts peut être consulté en ligne à l’adresse www.gov.ns.ca/econ/yarmouth-ferry-study.asp (en anglais seulement).last_img

Leave a Reply